Coca en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Coca en France

Message  Arthur le Dim 24 Jan - 18:40

Coca-Cola / France.

La première implantation, modeste, de Coca-Cola dans l'hexagone remonte à 1912. Le premier embouteilleur s'installe à Paris en 1920 et entame une distribution peu importante dans les environs. Cependant, dans le pays de la bonne chair et du vin rouge, il ne fallait pas avoir peur du ridicule pour commander un soda.

La seconde guerre mondiale met un coup d'arrêt à l'expansion à grande échelle du Coca en France. Mais il fait réellement son grand retour, et de façon très médiatique, en 1949. C'est aussi à cette date là que le sirop est pour la première fois fabriqué hors des Etats-Unis, à Bruxelles.

Pour assurer la prosperité de sa filiale française, la 3C envoie un homme de confiance et d'experience sur place : un ex-prince de Russie, Alexandre Makinsky. Cet homme, après avoir fui la révolution bolchévique aux Etats-Unis, est vite devenu un grand homme d'affaire international et l'ami de presque tous les grands du monde de cette époque. La 3C fait appel à lui pour devenir son ambassadeur en Europe en 1945, alors qu'il occupait la place de vice-président de la fondation Rockfeller. Makinsky arrive donc en France, dans un contexte assez difficile, en 1947. Nous verrons que son anti-communisme évident sera utile en France.

En effet, les français sont alors sous la coupe du plan Marshall, chargé de la reconstruction de l’Europe et ayant posé des conditions à sa mise en œuvre (quotas de films américains dans les salles, de produits importés d'Amérique, etc...). Ce plan heurtait le patriotisme français. Comme en Allemagne dans l'entre-deux-guerres, c'est tout le mode de vie américain qui débarque en même temps que le Coca-Cola.

Il ne faut pas oublier qu'à cette époque le parti le plus représenté à l'Assemblée Nationale est le P.C.F. et pour ses membres l'implantation de la 3C en France est la goutte de Coca qui fait déborder la bouteille. Ils sont bien décidés à contrer l'impérialisme Américain et à s'attaquer à son symbole... Ils seront aidés par les viticulteurs qui voient eux aussi d'un mauvais œil l'arrivée du Coca en France. Communistes et viticulteurs s'allient donc et tentent de faire passer une loi interdisant le Coca-Cola pour un risque qu’ils vont qualifier de « sanitaire ».

L'Humanité titre alors : "Serons-nous Coca-Colonisés ?". Cette une lance la polémique dans le grand public et elle fera long feu. Tous les coups sont permis, les ennemis de la 3C usent de toutes les vieilles peurs qu'inspire le Coca :
-"Le Coca-Cola va faire blanchir les cheveux des enfants."
-"Les usines d'embouteillage pourront se transformer facilement en usines de fabrication de bombes atomiques."
-"Le réseau de distribution de la 3C en europe est en fait un nid d'espions au service des américains."
On reparle aussi de dépendance au produit comme à une drogue ou au tabac.

Nous pouvons également citer un article de La Journée Viticole : "On pense qu'après le chewing-gum, un certain cinéma, Coca-Cola est bien fait pour continuer à transformer le français en un homme qui sera apparemment satisfait mais qui sera, en réalité, vidé de son contenu. Il ne resterait, après cela, qu'à s'alimenter de conserves, de s'entasser dans des boites à danser, se faire griller en vrac sur les plages, se saouler en silence et sacrifier à Vénus dans des voitures automobiles pour que la transformation soit complète". Dur de faire plus visionnaire.

La 3C se défend en argumentant que son produit est presque exclusivement français : l'eau, le gaz, les bouteilles, les capsules, le sucre de betterave... Mais rien n'y fait, les viticulteurs se tournent vers le ministre de la santé publique pour faire interdire le Coca-Cola. Par peur de compromettre ses relations avec le gouvernement Américain, la France fait traîner les choses. Mais la tempête gronde et les Etats-Unis s'en irritent.

En effet, les américains voient d'un mauvais œil l'accueil glacial fait à la boisson nationale et certains produits français commencent à être boycottés, comme le Champagne. Ils vont même jusqu'à menacer d'interrompre le plan Marshall.

Le débat s'envenime un peu plus quand les producteurs de jus de fruits intentent un procès contre la 3C pour violation d'une loi de 1905 interdisant la commercialisation de breuvages pharmaceutiques. Ils visent la caféine et l'acide phosphorique, mais peu de gens savaient que la première est présente dans le thé et le café et que le second est partie intégrante dans toute boisson gazeuse.

Ce à quoi le gouvernement américain réplique que "Coca-Cola n'était pas nuisible à la santé des soldats américains qui ont libéré la France des nazis". Les dirigeants français, voyant la colère américaine percer sous cette phrase, déboutent alors systématiquement toutes les plaintes déposées à l'encontre du Coca-Cola. L'affaire est définitivement close en 1953.

L'arrivée du soda avait été vue comme une agression de la société américaine, et Mankinsky résume bien les choses en disant : "le meilleur baromètre des relations entre les Etats-Unis et la France est la façon dont est traité le Coca-Cola dans ce pays". La polémique qui a duré près de quatre ans a offert une publicité gratuite et sensationnelle à la 3C, à travers tous les médias de France.

De plus le fait d'avoir présenté le Coca comme un fruit défendu a fait exploser les ventes auprès des jeunes.

Finalement, la boisson a bien réussi à s'implanter dans le paysage français, sans pour autant mettre les viticulteurs sur la paille et remplacer nos grands crus...

Arthur
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 03/11/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum